La Terre va survivre

La nature va survivre.  Elle ne sera plus ce qu’elle était, mais elle va survivre.

Nos choix, depuis l’ère industrielle, font en sorte que nous sommes en train de créer un environnement qui va devenir de plus en plus hostile à la survie de la race humaine.

Une métaphore

La plus parfaite métaphore que je puisse vous donner, c’est la production de bière.

Nous mettons les levures dans un environnement paradisiaque pour eux.  Ils sont dans une abondance de ressources.  Et plus ils évoluent, plus ils se multiplient, plus ils empoisonnent leur environnement, en produisant de l’alcool, leur déchet, jusqu’au point de s’auto-détruire.  La majorité des levures ne supportent pas plus de 7% d’alcool et meurent.

Ça ressemble pas mal à ce que nous nous faisons en ce moment.  Nous empoisonnons notre environnement bientôt au point de nous auto-détruire.

La température augmente

Les études nous parlent d’une augmentation de 1.5 à 3 ou même 4 degrés.  Ça a l’air tellement insignifiant quand tu regardes ces petits chiffres.

Ce que n’explique pas une moyenne, c’est les extrémités.  La moyenne est au centre.  Le centre se déplace vers le plus chaud.  

Et c’est une moyenne pour la planète au complet sur une année.

Ça ne veut pas dire juste un +3 degrés à tous les jours partout.   Ça veut dire des +10 à des endroits et moments dans l’année et des -7 à d’autres.  

Et ça veut dire plus de journée l’été où il va faire au-dessus de 35 degrés au Québec, température où le corps n’arrive pas à s’auto-réguler.

Et ce nombre de journées par année ne fera qu’augmenter.

Qu’est-ce que nous pouvons faire ?

Est-ce qu’on peut encore renverser la vapeur ?  Certains disent que NON.

Est-ce qu’on peut ralentir la progression, je crois que oui.

Mais ça va prendre les efforts de tous et chacun.

Il ne faut pas juste attendre les décisions des gouvernements.

Nous avons tous notre mot à dire.  Et nous le faisons avec notre portefeuille.  

Nous le faisons avec nos choix de consommation.

Je crois que si, en partant, nous mettons un focus sur le transport, nous sommes en mesure, personnellement, d’avoir un impact.

Il y a deux volets au transport :

  • vos déplacements personnels
  • et le transport de vos achats

Déplacements personnels

Quand je vois 3 voitures dans la cour d’une maison, ça me décourage.  La construction des véhicules produit du CO2, l’utilisation des véhicules produit des CO2.  Plus les véhicules sont gros, plus ils en produisent.  

Voyager seul dans sa voiture de 4 places (et plus) est très égoïste.

Au final, nous choisissons de nous empoisonner pour sauver quelques minutes dans notre journée, que nous aurions pu utiliser pour faire un détour pour prendre quelqu’un au passage ou pour s’organiser pour accommoder les horaires de tous dans un seul voyage.

Et pourquoi rester si loin de son lieu de travail ?

Et je ne tiens pas compte des coûts en CO2 de l’asphalte, du béton et de l’acier qui sert à produire et entretenir nos routes, ponts et rues pour accommoder la voiture.

Le transport de nos achats

Vous êtes vous déjà posé la question d’où vient votre achat ?  

Le problème d’approvisionnement que nous vivons en ce moment démontre que presque tous nos achats viennent de loin, généralement de la Chine.

Il y a deux volets dans le transport de marchandises.  La Chine est de loin le pays le plus pollueur du monde.  Donc, en achetant des produits pas chers qui viennent de là, nous encourageons et contribuons à cette pollution.  

Et deuxièmement, en achetant des produits fabriqués là-bas, ils seront obligatoirement transportés jusqu’à nous, généralement par bateau, un des moyens de transport qui pollue le plus.

Des solutions simples

Les solutions simples, que tout le monde peut faire :

  • marchez pour vos déplacements
  • prenez le transport en commun
  • faites du co-voiturage le plus possible
  • achetez local le plus possible
  • achetez ce qui est fait ici au Québec et dans votre région
  • faites du télétravail le plus souvent, lorsque c’est possible
  • si vous devez avoir une voiture changez la pour une électrique (vous n’aurez pas le choix à partir de 2035 de toute façon)

Commencez dès maintenant avec ces suggestions, parce que c’est ce qui va être exigé, et même plus, pour tenter de ralentir la progression du dérèglement climatique.

Faites le pour vos enfants et les générations futures

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.